Comment créer le plus efficacement possible une carte de visite à votre image ?

Aujourd’hui, lorsqu’on est un professionnel, voire un particulier, posséder une carte de visite est absolument nécessaire qu’elle soit imprimée ou digitale. En effet, il arrive fréquemment que l’on rencontre une personne qui souhaite vous recontacter facilement mais qui n’a pas le temps de prendre vos coordonnées sur un carnet ou de les enregistrer sur un smartphone. De plus, le risque d’erreur est réel : noter un chiffre à la place d’un autre est vite arrivé ! Avec une carte de visite parfaitement réalisée, votre correspondant aura toutes les informations nécessaires pour reprendre contact avec vous. Mais avant cela, il faut la concevoir de la meilleure des manières et connaître en détail le monde des cartes de visite.

Dans cet article, nous allons passer en revue tout ce qu’il y a à savoir sur les formats, mais également le choix du papier, savoir s’il faut choisir un pelliculage ou pas, sans oublier les éléments graphiques à insérer pour augmenter la visibilité.

Les différents formats des cartes de visite

A l’origine, il existait une dimension standard ou plutôt traditionnelle pour une carte de visite : 126 mm de long pour 80 mm de haut

On avait d’ailleurs donné un nom à ce type de carte : le format « 30 »

Cela représentait une bonne taille et ce document n’était pas toujours facile à transporter avec soi !

Mais aujourd’hui, beaucoup de modèles ont des dimensions plus réduites afin d’être plus pratiques à utiliser au quotidien.

C’est ainsi que l’on trouve souvent des cartes de visite rectangulaires de 8,5 sur 5,4 cm que l’on peut facilement glisser dans une poche.

Vous remarquerez d’ailleurs que les dimensions ne sont pas très éloignées de celles d’une carte de paiement.

Format et orientation : horizontal ou vertical ?

Bien entendu, rien ne vous empêche de la faire imprimer en format paysage, c’est-à-dire à l’horizontal ou alors en format portrait, qui correspond à une orientation verticale.

Pourtant, ce choix n’est pas anodin.

En effet, le format horizontal permettra d’insérer facilement un logo ainsi que des informations longues, comme une adresse, qui pourra alors être vue d’un coup d’œil sans avoir à sauter de lignes.

Le format vertical mettra plus en valeur une image ou un logo de grande taille, ce qui peut être appréciable si, par exemple, vous avez une activité professionnelle en lien avec la création ou que vous représentez une entreprise dont le logo est connu de tous.

Et le format carré ?

C’est également une option à ne pas négliger car comme ce format équilibré est moins répandu que les autres, il attire plus facilement l’attention.

Le côté carré invite vraiment à se concentrer sur ce qui est inscrit.

La conception graphique doit être minutieuse pour respecter l’équilibre particulier des quatre côtés de même dimension.

Quels sont les avantages des cartes doubles ?

Ce sont des cartes de visite généralement pliées en deux, composées de deux parties d’égales dimensions (chacune ayant la taille d’une carte de visite classique) et qui se rabattent l’une sur l’autre.

Elles sont intéressantes à choisir si vous avez beaucoup d’informations à partager comme par exemple un plan d’accès : ce dernier pourra alors occuper toute une face afin de rester bien lisible.

La carte de visite double est également un choix qui pourrait être fait si vous êtes un commerçant et souhaitez communiquer une liste de produits que vous vendez ou que vous souhaitiez spécifier différents services que votre entreprise propose.

Comment choisir le bon papier et son grammage ?

En dehors de sa résistance et de son aspect, la qualité du carton et/ou du papier choisi influe sur la perception générale.

Par exemple, si vous travaillez dans le luxe, présenter une carte de visite extrêmement souple et qui se plie facilement pourrait donner une image « bas de gamme » de votre société.

De la même manière, si vous êtes un livreur express et que vous donnez des cartes de visite extrêmement épaisses, avec une typographie très particulière, un pelliculage satiné et des effets graphiques innovants, cela risque d’interroger…

D’une manière générale, nous vous recommandons de choisir un papier d’au moins 300 grammes /m2 afin qu’il soit agréable dans la prise en main tout en étant suffisamment résistant, même s’il est malmené à l’intérieur d’une poche ou d’un portefeuille !

Faut-il préférer une finition mate, satinée ou brillante ?

Avant de répondre, sachez que techniquement, si vous faites le choix d’un pelliculage brillant voire satiné, il sera très difficile d’écrire sur la carte si par exemple vous avez besoin d’ajouter un renseignement.

Dans ce cas, mieux vaut prévoir une carte de visite sans pelliculage.

En ce qui concerne le rendu, sachez qu’un pelliculage mat est très doux au regard et que cela peut être intéressant si vous avez une entreprise qui offre des services à la personne comme l’esthétique, la coiffure ou l’aide médicale à domicile.

Un vernis brillant va accrocher le regard de par la vivacité des couleurs qu’il offre.

C’est souvent flatteur mais parfois trop.

Imaginez une entreprise de pompes funèbres qui distribuerait des cartes de visite très brillantes avec des couleurs vives : cela pourrait être contre-productif…

Mais évidemment, rien ne vous empêche d’être totalement innovant par rapport à votre secteur !

Un bon compromis est la finition satinée, qui propose un toucher assez velouté et une bonne brillance des couleurs sans jamais « agresser » le regard.

Est-il intéressant d’imprimer des dorures ou d’utiliser un vernis sélectif ?

Pourquoi pas mais comme toujours, mieux vaut la sobriété que la fantaisie non assumée !

Un vernis sélectif est intéressant si par exemple, vous souhaitez mettre en valeur un élément particulier comme une image, un logo ou un titre.

Mais n’en abusez pas !

En ce qui concerne les dorures, cela peut être très intéressant si vous souhaitez donner un caractère particulier à votre carte de visite mais il ne faudra pas non plus en abuser sous peine de faire lourd et parfois un peu « kitsch » !

Le conseil est de rester plutôt sobre et de rajouter un ou deux éléments graphiques originaux en matière de finition.

La construction et le graphisme de la carte de visite

Une fois que vous avez fait le choix du papier ou du carton, du pelliculage éventuel et de l’orientation horizontale ou verticale, il faut maintenant passer à la conception de la carte en intégrant toutes les informations pertinentes.

Le choix des caractères et de la typographie

Nous vous conseillons là encore une forme de sobriété : évitez de mélanger des polices très différentes et surtout, n’utilisez pas plus de trois couleurs au grand maximum.

Plus les informations graphiques sont diverses, plus l’œil aura tendance à s’éparpiller et donc, à ne pas retenir l’information principale.

Par ailleurs n’hésitez pas à choisir deux ou trois tailles de caractères différentes : cela sera l’occasion de mettre en valeur ce qui vous semble pertinent et permettra à votre interlocuteur de bien différencier les renseignements présentés.

Faites également attention à la lisibilité : pas de fond gris trop foncé avec des lettres en noir…

Ou également, des lettres de couleur jaune sur fond blanc…

Ce n’est pas agréable et s’il faut faire des efforts pour déchiffrer, beaucoup de vos contacts vont se lasser…

Notre conseil est simple : écrivez en clair si vous avez choisi une couleur foncée pour votre carte de visite ou l’inverse.

Recto seulement ou recto-verso ?

Cela dépend simplement de la quantité d’informations que vous souhaitez transmettre : parfois, il faut mieux occuper les deux faces de la carte de visite plutôt que de réduire la taille des caractères pour essayer de tout mettre sur un seul côté !

Pensez aux gens dont la vue n’est pas parfaite, ils vous remercieront !

La qualité des illustrations et du logo

Dans le monde numérique, vous savez que la netteté d’une illustration est exprimée sous forme de pixels par pouce, ce qui correspond, à la qualité de l’image donc de la future impression.

Il est donc important de vérifier que vos illustrations ne sont pas pixelisées, c’est-à-dire que des petits points de couleur n’apparaitront pas sur la carte : ce n’est pas professionnel et ne donne pas une impression qualitative de haut niveau.

Le problème des pixels se résout si vous fournissez des fichiers vectoriels. Par exemple un fichier illustrator (.ai ou .eps), SVG, ou PDF.

Attention aux sites web qui vous proposent de convertir une image Jpeg ou Png en vectoriel. Souvent ils incorporent votre Jpg ou Png dans un fichier vectoriel sans le convertir en vecteurs. Cela est donc inutile.

De la même manière, un logo doit être sobre et véritablement représentatif de votre entreprise : il doit donner envie d’être regardé, donc posséder des qualités graphiques indéniables et suffisamment spécifique pour qu’il reste gravé dans la mémoire de votre interlocuteur.

Et si vous optiez pour la carte de visite connectée ?

Si nous avons parlé jusqu’à présent des caractéristiques des cartes de visite imprimées, il reste une autre option : la carte de visite digitale qui vous permet de profiter d’un objet semblable à une carte traditionnelle mais qui est également capable de se connecter directement au smartphone de votre interlocuteur grâce à une puce NFC, afin de lui transmettre directement vos coordonnées et les renseignements importants.

Cela dépend simplement de la quantité d’informations que vous souhaitez transmettre : parfois, il faut mieux occuper les deux faces de la carte de visite plutôt que de réduire la taille des caractères pour essayer de tout mettre sur un seul côté !

Pensez aux gens dont la vue n’est pas parfaite, ils vous remercieront !

Picture of Rédigé par Regina Ruiar

Rédigé par Regina Ruiar

Content manager

Articles connexes